Dialogues Chaleur et Amitié

Annonce Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter 578625ylmj1izr INSCRIVEZ VOUS, ET VENEZ PARTAGER AVEC NOUS !...... Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter 96740409xg6q7a ECHANGES DE POINTS DE VUE EN TOUTE AMITIE ...... Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter 702465mini_chat_a_002 TOLERANCE ET BONNE HUMEUR......

Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter

Jakady
Jakady
Administrateur
Administrateur

Inscription : 14/05/2009
Messages : 101214

Date de naissance : 31/07/1953
Masculin Localisation : Doubs

Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter Empty Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter

Message par Jakady le Ven 18 Mar - 2:27

Malocclusion dentaire : bien la fermer pour bien se porter



Depuis une trentaine d'années le Dr Montain s'est penché sur les nombreuses conséquences de la mauvaise fermeture de la bouche sur l'ensemble de la santé, et sur les moyens d'y remédier. De plus en plus de dentistes s'intéressent à ce vrai problème de santé publique, souvent en relation avec des ostéopathes.



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]



La maloccusion est un mauvais rapport en fermeture entre les de dents du haut et celles du bas, les premières s'emboîtant de façon incorrecte dans les secondes.
Elle entraîne souvent des troubles inattendus et importants dans tous l'organisme, et représente un déséquilibre permanent qui se répercute à distance, provoquant quantité de pathologies : douleurs dans la tête, le cou, le dos (la fameurs sciatique); maladie de l'oreille, de la peau ou de l'appareil génital; dysfonctionnements digestifs, psychlogiques, endocrinien etc. La malocclusion repré­sente une véritable maladie pouvant être congénitale ou acquise. On peut alors lui décrire trois causes principales : le stress, la mauvais qualité des traitemens dentaires, l'absence d'hygiène de la bouche.

Le stress

Le stress est une réponse à un agent stressant ou stressor. On en trouve des manifestations :
- Chez l'enfant : l'angoisse entraîne des spasmes musculaires pouvant empêcher l'éruption (c'est-à-dire la poussée) normale des dents adultes. Celles-ci demeurent à un niveau inférieur à la moyenne : il en résulte une réduction de la dimension verticale entraînant une malocclusion.
- Chez l'adulte: les agressions psychologiques ou physiques entraînent souvent le bruxisme de nuit (grincement de dents) ou le denching (serrement de dents) diurne. Le bruxisme passe souvent inaperçu (sauf du conjoint qui est parfois réveillé !), par contre les contractures spasmodiques de la journée sont fa­cilement repérables.
Les contraintes anormales sur l'ensemble des dents provo­quent :
- une usure de la partie superficielle de la dent (émail) avec parfois atteinte de la partie profonde appelée ivoire ou dentine. Cette destruction peut aller jusqu'à la mise à nu de la partie cen­trale ou pulpe dentaire ;
- une altération de l'os alvéolaire, qui supporte les dents, entraînant un enfoncement de celles-ci dans leur alvéole ou leur ébranlement.

La mauvaise qualité des soins

II peut s'agir :
- soit de soins incomplets, pouvant entraîner des in­fections condamnant une ou plusieurs dents
- soit d'extractions abusives
- soit de prothèses incorrectes qui ne tiennent pas compte des relations délicates et personnalisées existant entre les deux arcades. Ces rapports individualisés entre les dents du haut et celles du bas représentent la base de l'occlusodontie. Tout chirurgien-dentiste consciencieux devrait en connaître au moins les éléments.

Le manque d'hygiène

Cette hygiène défectueuse a deux conséquences. D'une part elle favorise l'apparition de caries qui, traitées de façon courante, peuvent entraîner la perte de la dimension verticale (sans oublier la chute prématurée des dents de lait). D'autre part la présence de plaque dentaire et de tartre favorise l'apparition de maladies du tissu de soutien des dents, se traduisant par la destruction de l'os alvéolaire entourant les racines den­taires.

Il faut évoquer enfin la négligence dans le remplacement des dents absentes (fig. 1), insouciance pouvant avoir à la longue des effets déplorables. Le mauvais remboursement de la pro­thèse dentaire par la Sécurité Sociale a, il est vrai, une certaine part de responsabilité dans le refus de certains à se faire appa­reiller convenablement.
Il existe trois voies de répercussion de la malocclusion dans l'ensemble de l'organisme : le système ostéo-musculaire, le sys­tème nerveux, le système circulatoire.

Les répercutions de la malocclusion sur le système ostéo-musculaire

II faut savoir que tous les muscles du dos sont regroupés en une formation unique appelée "masse commune des muscles dorsaux" . Celle-ci s'attache non seu­lement sur les vertèbres, les côtes et le sacrum mais également à sa partie supérieure, sur la base du crâne. Dans cette région elle entre en connexion avec les 80 muscles concernés par les mouvements de la mâchoire inférieure. Ce nombre comprend une grande partie des muscles de la face, de la zone inférieure du visage, du cou et partiellement ceux des épaules.

Cet énorme ensemble musculaire est de plus relié à la musculature des membres supérieurs et inférieurs (bras et jambes). Il existe donc une véritable unité des muscles de l'organisme. Lorsqu'une partie d'un ensemble si cohérent est en déséquilibre, la totalité du sys­tème en est affectée. C'est pour cette raison que l'examen attentif du dos, du bassin et la comparaison de la longueur des jambes apportent de précieux renseignements sur l'état de contracture des muscles de la bouche (fig. 2).


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]



Chez les sujets présentant une malocclusion, on trouve de façon quasi constante les signes suivants :
- scoliose (courbure de la colonne vertébrale vue de face ou de dos) - exagération des courbures situées dans le plan an-téro-postérieur (cyphose ou lordose) - une épaule plus basse que l'autre - la tête penchée du côté de l'épaule la plus élevée
- des problèmes au niveau des vertèbres cervicales (atlas et axis)
- une différence de longueur des jambes - une variation de
l'orientation des pieds - des céphalalgies (migraines et cépha­lées.) - des douleurs dans la région du cou et des épaules res­semblant au torticolis - des douleurs dans la partie inférieure du dos, de type sciatique.

Les répercutions de la malocclusion par la voie nerveuse

En réponse aux agents stressants que sont l'activité profes­sionnelle et les relations sociales, familiales, affectives et sexuelles, le sujet développe des contractures mandibulaires constituant un stress organique aux répercussions nombreuses. La "vox propuli" ne s'y est pas trompée en parlant de "serrer les dents devant l'adversité". Ces contractures interviennent de façon permanente, on les nomme "clenching" ou "clamping" le jour et "bruxisme" la nuit. Elles ont deux actions possibles sur les dents qui, malheureusement, peuvent s'ajouter l'une à l'autre : usure avec apparition de facettes plus ou moins importantes ; enfoncement dans le support osseux après destruction partielle de celui-ci.

Dans tous les cas on note une perte de la dimension verticale de la partie inférieure du visage : le menton s'est rapproché du nez. Le patient se trouve à ce moment-là dans une position d'inconfort dans laquelle il répond par de nouvelles contractures et qui aggravent les phénomènes (fig. 3).
On estime à 1500 par jour le nombre moyen de déglutitions. Les forces mises en œuvre à cette occasion ainsi que la mastication se situent entre 1,5 et 3 tonnes par jour. La malocclusion représente donc un stress fondamental par­ce que réactivé quotidiennement un très grand nombre de fois. Il en résulte des effets déplorables sur la peau et les cheveux.

Lorsque la bouche est en déséquilibre on remarque fréquem­ment : des sécheresses de la peau (90 % des cas) ; des éruptions (10 % des cas). Chez la femme on note également des problèmes de che­veux devenant cassants, secs et sujets à chutes disséminées et dans la majorité des cas :

- des cycles irréguliers ;
- des douleurs précédant les menstruations ou les accompagnant;
- des écoulements menstruels excessifs en quantité et en durée avec présence de caillots ;
- des pertes entre les règles.
Elles peuvent également souffrir de frigidité (86 % des cas) et de stérilité par avortement spontané (1 cas sur 2). Si la gros­sesse est sans encombre, la jeune maman a souvent du mal à nourrir son enfant au sein. Des difficultés parallèles se rencontrent chez les hommes. Chez ceux présentant une malocclusion on rencontre cependant plus d'impuissance à des niveaux variables que de véritables stérilités.

Chacun connaît la sensibilité de l'appareil digestif à l'angoisse et aux stressors. Des études statistiques effectuées aux Etats-Unis et en France indiquent qu'en cas de malocclusion dentaire on trouve :

- des constipations et des diarrhées dans 90 % des cas ;
- des problèmes d'estomac dans 59 % des cas ;
- la présence de gaz dans 30 % des cas ;
- des mictions trop fréquentes dans 30 % des cas ;
- des infections de la vessie dans 25 % des cas ;
- des états nauséeux dans 13 % des cas ;
- des infections des reins dans 16 % des cas.

Qui plus est, en cas de malocclusion, le cerveau est saturé d'informations en provenance du système manducateur et, par extension, de tout le système musculaire. "Occupé" à rectifier "le tir" de cette énorme machine ostéo-musculaire, le système nerveux central ne peut fonctionner correctement. En réalité on découvre en cas de malocclusion :

- de la fatigue chronique (87 % des cas) ;
- de la psychasthénie (77 % des cas) ;
- de la tristesse (surtout chez la femme, 83 % des cas) ;
- de l'irritabilité (plus fréquente chez l'homme, 67 % des cas) ;
- des dépressions (surtout chez la femme, 96 % des cas).

Chez les asthmatiques présentant une malocclusion de quel que type que se soit, les manifestations asthmatiformes ou les asthmes ont pu être éliminés de façon quasi constante par la réhabilitation occlusale.

Malocclusion et circulation sanguine

La réhabilitation occlusale comporte généralement la pose de dispositifs de surélévation, comme les gouttières dentaires.
Ces traitements entraînent des effets comparables à l'ouverture de vannes dans lesquelles s'en­gouffrerait le sang irriguant enfin de façon satisfaisante l'en­semble de l'organisme. Les patients eux-mêmes, comme leur en­tourage, peuvent vérifier rapidement les effets généraux et positifs de ces soins.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Il s'agit principalement et quasi immédiatement du changement de coloration et de texture de la peau, qui devient saine et rosée avec des modifications caractéristiques aux ni­veaux du lobe de l'oreille et des pieds. La frilosité diminue. Celles ou ceux qui se plaignaient de mauvaise circulation dans les ex­trémités (mains et pieds) y retrouvent une chaleur normale.

Quant aux organes céphaliques (yeux, nez, gorge, oreilles), on constate une amélioration très nette de leurs performances et de leur état de santé. En effet, une longue pratique de la mal­occlusion nous permet d'affirmer qu'elle entraîne :

- une diminution de l'acuité auditive (95 % des cas) ;
- des bourdonnements et des bruits parasites dans les oreilles d'intensité très variable (92 % des cas) ;
- des excès de cérumen (87 % des cas) ;
- des démangeaisons du conduit auditif externe (74 % des cas) ;
- des vertiges d'importance variable (72 % des cas).
En ce qui concerne l'appareil respiratoire, les pourcentages sont les suivants :
- drainage postérieur (mucus et glaires provenant du nez : 93 % des cas) ;
- sinusites chroniques ou aiguës : 85 % des cas ;
- raclements de la gorge intempestifs : 85 % des cas.

Des manifestations allergiques respiratoires sont également présentes. En plus de l'asthme cité plus haut, on remarque :
- des éternuements (55 % des cas) ;
- des rhinites allergiques (22 % des cas).

Faire confiance à la nature

II faut savoir, une fois les pollutions mécaniques et chimiques éliminées, faire confiance à la nature pour rétablir l'état de santé. Le chirurgien-dentiste naturothérapeute ne manquera pas de se demander si la mise en œuvre des facteurs naturels de santé ne suffisait pas, à elle seule, à rétablir une harmonie détruite par un mode de vie inapproprié.

Ce n'est qu'ultérieu­rement qu'il pourra envisager une traitement d'orthodontie, notamment par la proposition de gouttières dentaires, qui sont pour l'occlusion ce que les semelles sont pour l'appui plantaire (on pense ici au bruxisme).
Le chirurgien-dentiste ne se contente plus de colmater les caries et de remplacer les dents absentes. En prenant conscience des innombrables répercussions tant physiologiques que psychologiques des traitements qu'il applique à ses malades, il acquiert une vision globaliste de l'être humain. Il devient alors un praticien de santé à part entière capable, par l'application des principes hippocratiques, d'oeuvrer pour le plus grand bien de l'humanité tout entière.

Dr Bernard Montain - ("Art dentaire, clé de la santé et naturothérapie", éditions Retz).





[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Quand tu donnes tu perçois plus que tu donnes, car tu n'étais rien et tu deviens?
Antoine de St Exupéry

    La date/heure actuelle est Dim 17 Nov - 3:38