Dialogues Chaleur et Amitié

Annonce INSCRIVEZ VOUS, ET VENEZ PARTAGER AVEC NOUS !...... ECHANGES DE POINTS DE VUE EN TOUTE AMITIE ...... TOLERANCE ET BONNE HUMEUR......

Et si on réapprenait a discuter ?

Partagez
avatar
Invité
Invité

Et si on réapprenait a discuter ?

Message par Invité le Sam 3 Oct - 14:27


Il n'y a pas si longtemps, consulter ses sms, Messenger, Whatsapp, courriels, Snapchat, ses fils d'actualité Facebook, Instagram ou Twitter en plein milieu d'une conversation orale était encore considéré comme un manque de respect voire un signe de désintérêt de l'interlocuteur. Aujourd'hui, cette activité parallèle est entrée dans les moeurs et la parole se perd aux dépens du clavardage. Et si on réapprenait à discuter... sans un smartphone à la main ?

Selon une étude américaine publiée par le Pew Research Center, 89% des propriétaires de smartphones admettent consulter leur téléphone en société, en présence d'autrui. Pire, la plupart des sondés reconnaissent être parfaitement conscients de l'impact négatif de cette fâcheuse habitude sur la conversation. Ce constat a poussé Sherry Turkle a réfléchir sur la place laissée au dialogue traditionnel dans le monde d'aujourd'hui. Psychologue spécialisée dans le domaine, elle a récolté ces dernières années de nombreux témoignages afin de mesurer les conséquences de cette "surconnectivité" permanente sur le face-à-face social.

"Règle de trois"
Première observation, les jeunes semblent respecter une curieuse "règle de trois", à savoir le maintien autour de la table d'un nombre minimum (3) de personnes attentives à la conversation. Si l'audience atteint ce chiffre, les autres peuvent continuer à vaquer à leurs occupations virtuelles. Cet accord tacite comporte des avantages. Il confère un sentiment de liberté, de connexion totale et permet d'éviter l'ennui. Un problème se pose toutefois: pour permettre cette participation alternée, le sujet de la discussion doit rester futile et dérisoire. Sinon, on ne suit plus. Résultat: le niveau ne vole pas très haut...

L'élément perturbateur
De sérieuses études sur le dialogue verbal ont démontré que la présence du téléphone sur la table perturbait profondément l'échange et réduisait considérablement le niveau d'implication des participants. Le réflexe instinctif consistera par exemple à converser de manière superficielle afin de ne rien briser en cas d'interruption fortuite. Et cette attitude semble avoir un impact réel sur le taux d'empathie de la population. En 2010, une équipe de chercheurs de l'université du Michigan, dirigée par la psychologue Sara Konrath, a rassemblé les résultats de 72 études réalisées sur le sujet ces trente dernières années. Ils ont découvert que le taux d'empathie de la jeunesse (étudiants) avait fortement chuté à partir de l'année 2000.

Amitié
Sherry Turkle a également eu l'opportunité de se rendre compte des conséquences de la surconnectivité en milieu scolaire. Selon son constat, les enfants ne socialisent plus comme autrefois (avant l'ère numérique), semblent manquer cruellement d'empathie et passent trop souvent leur temps à partager des contenus glanés sur la Toile. Or, parler avec l'autre développe le sentiment d'empathie, contrairement à ce type d'échanges. Mais la communication verbale n'est pas la seule victime du phénomène: on constate en effet une diminution des publications d'opinion sur les réseaux sociaux. Une réaction à la peur de plus en plus croissante d'être incompris, voire jugé par ses congénères et un signe que la compréhension mutuelle est en déclin.

Séjours déconnectés
Les séjours pédagogiques de "déconnexion" se multiplient outre-Atlantique. Privé de téléphone, l'enfant/l'ado retrouve ses capacités de jugement assez rapidement. Après quelques jours, il s'intéresse de nouveau aux émotions d'autrui, à "lire" le visage et à comprendre les signes que ce visage renvoie. La discussion reprend entre les participants. L'empathie renaît. La découverte de sa propre solitude constitue chez l'enfant/ado un élément déterminant dans sa quête du dialogue. Il fait naître en lui une volonté de tisser des liens sincères avec son entourage.

Usage raisonnable
Selon Sherry Turkle, le téléphone n'est pas un accessoire mais un appareil capable de modifier la personnalité de chacun. Elle recommande un usage raisonnable, un rapport moins passionnel avec l'objet, la possibilité de s'en détacher, de l'éloigner de certaines activités, de le consulter moins souvent ou de le configurer en fonction de la nature de la situation ("silencieux", "ne pas déranger") sans pour autant inquiéter son entourage (autoriser uniquement les appels de X ou Y, etc.). Dans ce plaidoyer publié dans les colonnes du New York Times, elle invite à réfléchir aux dommages collatéraux des nouvelles technologies sur la communication humaine et à la vulnérabilité de l'homme depuis la généralisation du smartphone: l'addiction s'avère tout à fait réversible avec un peu de bonne volonté... mais une prise de conscience personnelle s'impose au préalable.
avatar
Invité
Invité

Re: Et si on réapprenait a discuter ?

Message par Invité le Dim 4 Oct - 7:26

Bien vu on est passé à un excès dangereux des téléphones .

c'est pour ça que lorsque je vais ds les Alpes comme la semaine dernière j'aime aussi ce temps sans ordi ni téléphone .. mais pas facile des fois mon entourage ne comprend pas bcp pourquoi je n'envoie même pas de SMS

cette situation me fait du bien je bavarde avec les voisins du village et lit bcp .. et surtout je regarde au loin , la nature ..en plus c'est bon pour les yeux qui ne Font plus defforts au delà de 60 mètres..

    La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 12:37